11 juin 2019

Relève familiale : la dolce vita? Vraiment ?

Saviez-vous que…

Celle ou celui qui remplacera son père ou sa mère à la tète de l’entreprise familiale, semble mener la belle vie à première vue.  La relève n’a pas à se casser la tête : sa voie semble déjà toute tracée… elle n’a plus qu’à suivre le chemin préparé pour elle et hop, elle en devient le PDG !!!  Rien de plus simple…

Rien n’est plus faux… car le chemin qui mène au sommet reste tellement parsemé d’embûches :

  • Être la fille ou le fils du patron ne suffit pas, il faut prouver à tous et chacun que JE suis à la hauteur et ce, autant avec le patron qu’avec les clients, les partenaires et les employés.  Ça fait beaucoup de gens à convaincre et à rallier…
  • Remplacer celui ou celle qui a fondé, construit et développé l’entreprise, qui lui a donné une âme et une valeur, c’est tout un défi à relever.  Parvenir au sommet est une chose, y avoir du succès et y rester en est une autre !

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’accepter la relève de la PME familiale reste un CHOIX  DE  VIE, avec ses contraintes et ses défis.  Comme le dit si bien Isabelle Marcoux, la fille de Rémi Marcoux et fondateur de TC Transcontinental : « Il faut s’impliquer corps et âme… ce qui implique beaucoup de sacrifices ».

Alors, assurer la relève de l’entreprise familiale : faire la belle vie ?  Pas vraiment !!!

Sable-Pieds2

 

Vous appréciez le contenu de notre site?

Vous voulez rester informé sur le domaine de la relève en entreprise?

Faites comme de nombreux entrepreneurs québécois et inscrivez-vous à notre infolettre!